VisionatureVisionature
fr
de
en
es
nl
 Visiteur Anonyme 
Accueil
 
Qui sommes-nous ?
 
Nos partenaires
 
SIGFA
Consulter
  Les observations
    - 
Les 3 derniers jours
    - 
Les 7 derniers jours
     Cartes en temps réel
       - 
Faucon kobez 2017
       - 
Crabier chevelu 2017
       - 
Tarente de Maurétanie 15-20
       - 
Faucon d'Eléonore 2017
       - 
Escargot petit-gris 16-17
       - 
Ascalaphe soufré 17-18
       - 
Alyte accoucheur 16-17
       - 
Léiothrix jaune 07-17
       - 
Loutre d'Europe 14-17
       - 
Cistude d'Europe 07-20
       - 
Corbeau freux 2017
       - 
Raton laveur 11-17
       - 
Milan noir 2017
       - 
Fauvette mélanocéphale 2017
       - 
Goéland pontique 16-17
       - 
Élanion blanc 2017
       - 
Grue cendrée 2017
       - 
Perruche à collier 16-17
       - 
Loir gris 15-17
 - 
La galerie
  Revues naturalistes
    - 
Faune-Aquitaine Publication
    - 
Le Courbageot
Information
 - 
Toutes les actus
  Aide
    - 
Manuel d'utilisation
    - 
Référentiels espèces et fiches techniques
    - 
Code d'usage
    - 
Droits d'accès
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
La Foire Aux Questions
    - 
Validation des données
 - 
Comité d'Homologation Aquitain
  Statistiques d'utilisation
Atlas, enquêtes et suivis
 - 
Cartes dynamiques des Oiseaux Nicheurs d'Aquitaine
 - 
Cartes dynamiques de la faune d'Aquitaine
 - 
Atlas des mammifères sauvages d'Aquitaine
 - 
Synthèses locales
 - 
Migration
 - 
Observatoire rapaces
 - 
WetLands International
 - 
VigieNature - protocole STOC
 - 
VigieNature - protocole STERF
Quelques liens


Toutes les actus
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 686
 
lundi 25 septembre 2017
technews
CiTIQUE, un projet de sciences participatives pour mieux comprendre et prévenir les maladies transmises par les tiques
Les maladies transmises par les tiques sont devenues au fil des ans un problème important de santé publique et animale. Or on en sait encore trop peu sur ces parasites et les agents infectieux qu'ils transportent. C'est pourquoi plusieurs équipes de scientifiques se sont associées pour demander à tous les Français volontaires de s'impliquer dans l'effort de recherche en cours.
 
C'est très simple :​
  • Déclarer vos piqures de tiques (ou celle de vos animaux de compagnie ou d'animaux sauvages)
  • Prenez des photos 
  • Envoyez vos tiques au laboratoire de recherche

Tout est expliqué sur l'application gratuite disponible pour iPhone et Android, le site web du projet et le compte twitter:

  • Pour Android: https://play.google.com/store/apps/details?id=com.inra.VigiTic
  • Pour iPhone: https://itunes.apple.com/fr/app/signalement-tique/id1257654095?mt=8
  • Le site web du projet: http://ephytia.inra.fr/fr/P/159/Signalement_TIQUE
  • Son compte Twitter: https://twitter.com/ci_ticks/media
Pour en savoir encore plus sur le projet:
  • https://theconversation.com/lyme-collectionnons-les-tiques-pour-aider-les-chercheurs-70607
  • https://theconversation.com/lyme-amenager-son-jardin-pour-se-proteger-des-piqures-de-tiques-80931
  • https://www.tf1.fr/tf1/jt-20h/videos/sante-une-application-lutter-contre-maladie-de-lyme.html?xtor=AD-32
De mi-Juillet à mi-août, nous avons reçu 2700 signalements de piqures de toute la métropole et une centaine de tiques sont déjà arrivées au laboratoire.
 
Merci à tous !
 
Jean-François Cosson
 
Senior Scientist at INRA (National Institute for Agricultural Research)
Biologie moléculaire et immunologie parasitaires et fongiques
BIPAR, Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort 
94704 Maisons-Alfort cedex
 

posté par Olivier Le Gall
 
mardi 19 septembre 2017
technews
Papillons de jour
Wanted: L'hespérie de l'alcée

Dans le cadre de l'atlas des Rhopalocères d'Aquitaine porté par le CEN et la LPO, voici une fiche de recherche pour l'hespérie de l'alcée. L'automne et l'hiver sont les meilleurs moments pour trouver cette espèce... à l'état d'oeuf ou de chenille!

Bonnes prospections,

posté par Mathieu Sannier
 
lundi 18 septembre 2017
avinews
Papillons de jour
Petit mais costaud!

Il ne pèse pas plus qu'une plume et atteint une envergure de quelques centimètres seulement. Et pourtant, il traverse les montagnes et les mers, il défie le vent et le temps. Il s'agit du Vulcain, le papillon migrateur aux ailes caractéristiques noires garnies de bandes rouges et de taches blanches.

La migration automnale de ce papillon a commencé. Veuillez s’il vous plaît signaler toute observation de Vulcain via Faune-Aquitaine.org! Vous soutiendrez ainsi le projet de science participative dédié à l’étude de la migration et de la répartition du Vulcain en Europe, lancé par l’Université de Berne en Suisse.

Un grand merci pour votre précieuse collaboration!

Marco Thoma, Groupe de recherche «Migration et Écologie des Insectes», Université de Berne, Suisse

Le groupe de recherche sur les réseaux sociaux:
Twitter: @InsectMigration
Facebook: https://www.facebook.com/insectmigration/

posté par Olivier Le Gall
 
vendredi 15 septembre 2017
avinews
Oiseaux
EuroBirdWatch 2017

À toutes celles et tous ceux qui souhaitent découvrir le phénomène de la migration, comprendre pourquoi les oiseaux doivent entamer un tel voyage ou encore identifier les différentes ressources que mettent à profit ces espèces pour s'orienter dans le ciel, les Journées européennes de la migration sont faites pour vous ! Les 30 septembre et 1er octobre 2017, dans le cadre de l'Eurobirdwatch, manifestation organisée depuis 1993 par Birdlife International, la LPO Aquitaine propose d'accueillir les visiteurs sur 2 sites d'importance européenne : le col d'Organbidexka et la Redoute de Lindus.

posté par Laurent Couzi
 
vendredi 8 septembre 2017
avinews
Oiseaux
Étude de la migration des passereaux sur le Domaine de Certes-Graveyron

Dans le cadre d’un partenariat avec le Conseil départemental de la Gironde sur le Domaine de Certes-Graveyron, les salariés de la LPO Aquitaine, agréés par le Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, ont étudié la migration des passereaux. Cet Espace Naturel Sensible est déjà connu pour son importance internationale vis-à-vis des oiseaux nicheurs et hivernants, mais peu de choses sont connues sur son rôle écologique au cœur de la route migratoire des passereaux. Ainsi, pendant les 15 derniers jours du mois d’août, des opérations de baguages furent mises en place pour mettre en valeur l’importance de ce site comme zone de halte migratoire. Cette année, nos efforts se sont principalement portés sur les espèces paludicoles, spécialistes des roselières, et plus particulièrement sur le rarissime Phragmite aquatique qui est le passereau le plus menacé d’Europe. Durant la migration d’automne, dite postnuptiale, la quasi-totalité de la population mondiale de cette espèce (environ 15 000 couples) fait halte en France pour trouver le repos et la nourriture nécessaire à la poursuite de son périple vers l’Afrique de l’Ouest.

 Au cours des opérations de baguage, toutes les précautions sont prises pour assurer la sécurité et induire le minimum de stress aux oiseaux. Une fois capturés dans les filets, les oiseaux sont délicatement sortis de leur petit " hamac " et stockés individuellement dans de petits pochons en tissus pour qu’ils restent calmes. Ensuite, nous posons une bague sur le tarse. Il est inscrit sur cette bague " Museum Paris " ainsi qu’une combinaison unique de chiffres, et parfois de lettres. En complément, comme pour votre passeport, nous prenons quelques mesures biométriques : taille de l’aile, du tarse et la masse. Enfin, moins d’une minute après le début de l’opération, nous relâchons l’oiseau afin qu’il puisse reprendre sa migration en toute quiétude. Muni de sa petite bague ultra légère, l’oiseau pourra désormais fournir de précieuses informations aux ornithologues pour mieux comprendre l’incroyable phénomène de la migration.

 Le bilan de ces 15 jours intensifs est tout à fait positif puisque la météo nous a offert 14 matinées clémentes, au cours desquelles nous aurons capturé 795 oiseaux de 32 espèces. Parmi ces captures, 72 furent des oiseaux bagués par nos soins, mais 13 sont des individus bagués aux quatre coins de l’Europe : en Espagne, au Royaume-Uni, en Belgique, aux Pays-Bas, en Suède ou encore en Lituanie. Pour cette première année, le camp de baguage du Domaine de Certes-Graveyron fut donc riche en surprises et en résultats. Avec notamment 12 Phragmites aquatiques capturés et bagués, nous pouvons d’ores et déjà affirmer que le Domaine de Certes-Graveyron joue un rôle important, si ce n’est majeur, dans la conservation de cette espèce rare. Le petit plus est venu de la capture d’un oiseau déjà bagué sur la prairie humide de Lituanie où il s’est reproduit ce printemps. Gageons maintenant qu’une partie des oiseaux que nous aurons bagués ces 15 derniers jours seront recapturés plus au sud pour mieux définir les routes migratoires des passereaux. 

 Pour plus d’informations : https://crbpodata.mnhn.fr/

posté par Mathieu Sannier
 
mercredi 6 septembre 2017
avinews
Oiseaux
Sortie ornitho en mer dans le golfe de Gascogne

Le samedi 30 septembre et le samedi 28 octobre, la LPO Aquitaine vous propose une sortie en mer dans le Golfe de Gascogne pour découvrir les oiseaux pélagiques. 

Pélagique est un terme qui qualifie de nombreuses espèces d’oiseaux telles que les puffins, les labbes, les laridés ou les océanites... Un plumage imperméable, des pattes palmées et une adaptation remarquable à leur environnement sont autant d’éléments caractéristiques de ces oiseaux. Difficilement observables depuis la terre ferme, ces espèces maritimes peuvent offrir un véritable spectacle si l’on s’aventure au large.

Deux sorties en mer vous sont proposées pour découvrir, observer et comprendre ces oiseaux. Si imprévisibles que sont ces espèces, un passage de puffins cendrés ou de fous de Bassan n’est pas exclu. À l’observation de ces oiseaux pélagiques jouant au gré du vent et des vagues, il est certain que cette croisière naturaliste restera un moment inoubliable pour petits et grands.

Avec un peu de chance, dauphins et baleines se risqueront près du bateau, pour le plaisir des amoureux des cétacés.

Dates : samedi 30 septembre et samedi 28 octobre de 08h00 à 16h00

Départ prévu au Port de Saint-Jean-de-Luz

Tarif : 50€

Attention, les sorties prévues initialement les 9 septembre et 14 octobre sont annulées. 

Réservation auprès de Mathieu Sannier : 05 56 91 33 81 - chloe.bizien@lpo.fr

posté par Mathieu Sannier
 
vendredi 25 août 2017
avinews
Oiseaux
Projet Lindus-2 : Une grande diversité d'oiseaux migrateurs arrive à Organbidexka !

Le premier mois de cette 39ème année de suivi de la migration des oiseaux au col d'Organbidexka aura fait passer les observateurs par tous les états !La météo capricieuse n'a pas facilité l'observation pendant un tiers du temps. Pourtant, celle-ci a probablement contribué à la formidable journée du 7 août. Mais revenons aux premiers jours de la saison.

La brume épaisse qui bloquait le passage des migrateurs les plus précoces s'est levée le premier jour du comptage. Les observateurs ont alors pu recenser un passage particulièrement important pour ces dates : plus de 3 000 milans noirs avaient déjà franchi le col à la fin du troisième jour de suivi.

Fin juillet, différentes espèces sont venues progressivement enrichir la diversité observée depuis le col : notamment les premières bondrées et premières cigognes (blanches et noires), ainsi que quelques busards des roseaux. C'est également le moment pour le Martinet noir de redescendre en Afrique sub-saharienne, offrant parfois le spectacle impressionnant de dizaines de milliers d'oiseaux traversant la sphère d'observation dans la journée... Dans ce flux continu, peuvent parfois se glisser quelques martinets à ventre blanc, détectables par l'observateur averti.

Avec le mois d'août arrive l'excitation due à l'imminence du pic de passage du Milan noir, rapace le plus abondant sur le site.Le 2 août, un premier passage de plus de 6 600 milans a mis les observateurs dans les starting-blocks mais la météo les a bien vite refroidis... Heureusement, la migration réserve des surprises d'un autre genre pour faire patienter salariés et écovolontaires : le 3 août voit le passage d'un Faucon d’Éléonore au-dessus d'une superbe mer de nuage ainsi que la découverte d'un jeune Rollier d'Europe chassant devant le point d'observation. Cet individu (appartenant à une espèce strictement méditerranéenne en Europe de l'Ouest) semble à son aise au Pays basque, puisqu'il est encore présent en ce moment même (20 août) ! Sur Organbidexka, il s'agit de la troisième observation de ce magnifique oiseau en 39 années de suivi.

Le 7 août, le ciel se dégage enfin. Une question hante alors tous les observateurs présents : les milans sont-ils passés par d'autres cols entre temps ou ont-ils attendu "sagement" dans la plaine ?Il faudra patienter jusqu'à 10h30 pour voir apparaître les premiers indices. Ils prennent vite la forme de nuages, s'attachant à gravir la chaîne pyrénéenne à l'aide des premières ascendances thermiques. La brume a englouti le col bien avant la fin de la journée mais peu importe, le total tombe : près de 14 000 milans noirs sont passés en 4 heures environ, du jamais vu en France jusqu'alors ! Un spectacle intense qui restera gravé dans la mémoire de toutes les personnes présentes sur le col ce jour-là : ornithologues responsables du suivi, écovolontaires, amateurs de passage ou promeneurs.

Revivez ce moment inoubliable en vidéo !

Remis de leurs émotions, les observateurs ont également vu migrer les premiers busards cendrés, circaètes Jean-le-Blanc, aigles bottés et balbuzards pêcheurs, ainsi que davantage de cigognes blanches et noires que les semaines précédentes.

Les passereaux migrateurs commencent à peupler les hêtres qui bordent le col, à l'image de ces belles quantités de gobemouches (noirs et gris) ainsi que quelques pouillots fitis déjà redescendus de la taïga scandinave. Le détail des oiseaux migrateurs recensés, mis à jour quotidiennement, est consultable sur le site www.migraction.net

Devenez écovolontaire !

Venir à Organbidexka, c'est aussi pouvoir observer les richesses biologiques locales, parmi lesquelles figurent les vautours (Vautour fauve, Vautour percnoptère et Gypaète barbu), l'Aigle royal, le Calotriton des Pyrénées (amphibien endémique) mais également la Rosalie des Alpes (longicorne menacé et protégé). Sans parler des paysages incomparables. Alors venez rejoindre l'équipe des compteurs d'oiseaux migrateurs, que ce soit pour une journée ou pour plusieurs semaines. À leurs côtés, vous apprendrez à repérer et à identifier les oiseaux migrateurs, vous découvrirez le phénomène migratoire et transmettrez vos connaissances aux visiteurs de tous âges. 

Consultez sans plus attendre le Guide de l'écovolontaire.

Plus d'informations : 

Suivez le quoditidien des obsevateurs sur la page Facebook Observatoire de la Migration en Aquitaine LPO

Consulter le LPO Info Spécial Migration 2016

Le site web du programme

Le portail web de l’opération

 Pour plus d'informations sur le suivi et le programme Lindus-2, contactez Jean-Paul Urcun à l'adresse  jeanpaulurcun.lpo@neuf.fr

Le projet a été cofinancé à hauteur de 65 % par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) dans le cadre du Programme Interreg V-A Espagne-France-Andorre (POCTEFA 2014-2020). L’objectif du POCTEFA est de renforcer l’intégration économique et sociale de l’espace frontalier Espagne-France-Andorre. Son aide se centre sur le développement d'activités économiques, sociales et environnementales transfrontalières par le biais de stratégies conjointes en faveur du développement territorial durable.

posté par Mathieu Sannier
 
mardi 8 août 2017
technews
Bivalves
Qui a vu la Grande Mulette ?

La Grande Mulette est une  moule d'eau douce, mais une moule spectaculaire à bien des points : c'était le plus gros invertébré d'Europe avant l'introduction des Anodontes chinoises. Elle vit jusqu'à 150 ans (et sans doute beaucoup plus). Son cycle reproductif fait intervenir un poisson mythique : l'Esturgeon d'Europe. Elle était largement répandue dans les grands cours d'eau d'Europe de l'Allemagne au Portugal avant un déclin drastique : elle n'est plus connue aujourd'hui que de 5 populations, une en Espagne et quatre en France.

Ces populations françaises sont toutes représentées, au moins en partie, dans la Nouvelle Aquitaine. Si certaines populations sont bien connues, d'autres sont dispersées sur de grands linéaires de rivières et des découvertes sont encore à faire. C'est en particulier le cas pour la population du bassin versant de l'Adour et de celle de la Dronne. Elle se situe essentiellement sur la partie calcaire du cours d'eau.

Nous faisons donc appel à tous les témoignages concernant cette espèce : découverte de coquilles ou d'individu vivants. Ci-dessous quelques photos permettant de la reconnaitre (notez l'aspect massif de la coquille, qu'on ne pourrait pas casser à la main).

S'agissant d'une espèce protégée, merci de veiller à minimiser le dérangement des individus vivants et à éviter de collecter des coquilles, leur transport étant répréhensible.

Si vous la rencontrez, vivante ou morte, merci de prendre quelques photos pour saisir votre observation sur Faune Aquitaine et transmettre vos observations à Vincent Prié qui coordonne la base de données bivalves à l'échelle nationale : prie.vincent@gmail.com

Vincent Prié

Guide d'identification des mollusques bivalves de France : ici

posté par Frédéric Dupuy
 
mardi 1 août 2017
avinews
Oiseaux
Enquête EPOC

La saison de reproduction 2017 s’achève avec les derniers jeunes oiseaux qui prennent leur envol. Les milans et les martinets commencent déjà à franchir les Pyrénées en route vers l’Afrique. La période d’étude pour le protocole EPOC touche donc à sa fin.

Pour rappel, le protocole EPOC (Estimation des Populations d’Oiseaux communs) a été mis en place ce printemps afin d’estimer les tailles de population d’oiseaux communs. Cet outil, s’inspirant et complétant le STOC EPS, permet de réaliser des points d’écoute de 5 minutes n’importe où, n’importe quand, par l’intermédiaire de la saisie par formulaire ou liste complète.

En attendant une première analyse des résultats, nous vous proposons de garder le rythme et de poursuivre et d'intensifier la saisie par formulaire. La durée de 5 minutes, adaptée aux oiseaux nicheurs, peut être élargie pour maximiser la détection d’espèce devenue silencieuse.

Nous vous conseillons donc de saisir un maximum de données par formulaire complet pour des durées d’observation comprises entre 5 et 60 minutes. Ces données sont essentielles pour l’étude de la phénologie des espèces, et le suivi des abondances; autant d'informations indispensables à la mise en place de mesures de conservation adéquates.


Merci pour votre engagement et à l’année prochaine pour une nouvelle saison printanière d’EPOC »

Merci pour votre collaboration.
 

Cordialement,

Jérémy Dupuy

Responsable de projet "Enquêtes et atlas avifaunistiques"

posté par Laurent Couzi
 
lundi 31 juillet 2017
technews
Odonates
Pré-atlas des odonates d'Aquitaine

Bonjour,

Le pré-atlas des odonates d'Aquitaine (à télécharger ici) ayant été publié au printemps dernier, et comme pour les rhopalocères et zygènes, l'atlas des odonates d'Aquitaine peut maintenant être lancé.

L'atlas est coordonné par le CEN Aquitaine, en partenariat étroit avec la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) Aquitaine et l'Observatoire Aquitain de la Faune Sauvage (OAFS).

Dans ce cadre, plusieurs types d'actions vont être mises en œuvre ces prochaines années :

- Des fiches de recherches ciblées sur certaines espèces seront publiées régulièrement ;

- Des camps de prospections - journée ou week-end ;

Un portail en ligne de l'atlas des odonates d'Aquitaine sera prochainement déployé. Il permettra de visualiser la répartition de chaque espèce en Aquitaine et sera un outil supplémentaire à destination des naturalistes pour identifier les secteurs requérant des prospections.

Toutes les données odonatologiques sont prises en compte dans cet atlas, même pour les espèces les plus communes!

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions ou si vous souhaitez être orienté sur des secteurs à prospecter. Nous pourrons vous fournir des cartes à imprimer pour faciliter vos prospections.

Bon terrain à vous et bonnes obs,

 

L'atlas des odonates d'Aquitaine est l'action A.3 du Plan Régional d'Actions en faveur des Odonates (PRAO) en Aquitaine. Sur la période 2017-2018, le PRAO Aquitaine est co-financé par l'Europe (FEDER), l'Agence de l'Eau Adour-Garonne, la région Nouvelle Aquitaine et la DREAL Nouvelle Aquitaine.

posté par Mathieu Sannier
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 686

www.faune-aquitaine.org est un site participatif proposé par la LPO-Aquitaine (433 chemin de Leysotte, F-33140 Villenave d'Ornon, 44°47'11"N 0°34'46"W) Plan d’accès
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune

Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017