VisionatureVisionature
fr
de
en
es
nl
 Visiteur Anonyme 
Accueil
 
Qui sommes-nous ?
 
Nos partenaires
Consulter
  Les observations
    - 
Les 3 derniers jours
    - 
Les 7 derniers jours
     Cartes en temps réel
       - 
Tarente de Maurétanie 15-20
       - 
Escargot petit-gris 16-17
       - 
Ascalaphe soufré 17-18
       - 
Grosbec casse-noyaux 2017
       - 
Sizerin cabaret 17-18
       - 
Mésange noire 17-18
       - 
Alyte accoucheur 16-17
       - 
Léiothrix jaune 07-17
       - 
Loutre d'Europe 14-17
       - 
Cistude d'Europe 07-20
       - 
Corbeau freux 2017
       - 
Raton laveur 11-17
       - 
Fauvette mélanocéphale 2017
       - 
Élanion blanc 2017
       - 
Grue cendrée 2017
       - 
Perruche à collier 16-17
       - 
Loir gris 15-17
 - 
La galerie
  Revues naturalistes
    - 
Faune-Aquitaine Publication
    - 
Le Courbageot
Information
 - 
Toutes les actus
  Aide
    - 
Manuel d'utilisation
    - 
Référentiels espèces et fiches techniques
    - 
Code d'usage
    - 
Droits d'accès
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
La Foire Aux Questions
    - 
Validation des données
 - 
Comité d'Homologation Aquitain
  Statistiques d'utilisation
Atlas, enquêtes et suivis
 - 
Cartes dynamiques des Oiseaux Nicheurs d'Aquitaine
 - 
Cartes dynamiques de la faune d'Aquitaine
 - 
Atlas des mammifères sauvages d'Aquitaine
 - 
Synthèses locales
 - 
Migration
 - 
Observatoire rapaces
 - 
WetLands International
 - 
VigieNature - protocole STOC
 - 
VigieNature - protocole STERF
Quelques liens


Toutes les actus
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 694
 
vendredi 29 décembre 2017
avinews
Oiseaux
Enquêtes Laridés 2018

La 4ème enquête de dénombrement des laridés hivernants a lieu durant l'hiver 2017-2018, le week-end des 13-14 janvier pour mieux se connecter avec le comptage Wetlands International 2018 (voir une actu récente). Tous les goélands et mouettes, mais aussi les labbes, sternes et guifettes sont concernés.

Il faut compter les laridés au moment de leur arrivée au dortoir, c’est-à-dire avant le crépuscule et jusqu’à la nuit: par comptage direct du dortoir lorsque c’est possible ou par comptage sur les différentes voies d’arrivée si le comptage direct n’est pas possible. Pour certaines espèces (Mouette pygmée par exemple) dont la présence en dortoir n’est pas évidente, il faudra mentionner les effectifs observés à d’autres occasions dans la journée. Il sera donc parfois utile de repérer les dortoirs avant la période de comptage et de se familiariser avec leur fonctionnement : identifier les voies d’accès empruntées par les laridés, les sites précis de pose, les pré-dortoirs, repérer également les points d’observation les plus efficaces.

Pour plus d'explications, les documents sont disponibles en bas de la page Wetlands International du site Faune-Aquitaine.org.

Contactez moi par mail si vous souhaitez vous charger d'un des secteurs indiqués, d'un site particulier que vous avez repéré durant l'hiver, ou vous associer à une des équipes. 

Merci!

Olivier Le Gall (avec Amandine Theillout)

posté par Olivier Le Gall
 
vendredi 22 décembre 2017
avinews
Oiseaux
EuroBirdPortal V2 !

L'EuroBirdPortal progresse à pas de géant ! Ce portail, qui permet la visualisation des variations de répartition de 105 espèces migratrices, a étendu sa couverture aux pays des Balkans, à la Hongrie, la Turquie, l'Estonie ainsi qu'à Chypre et Israël.

Soutenu par un programme LIFE de l'Union Européenne, l'EuroBirdPortal conforte son statut de plus grande et plus dynamique enquête de science participative européenne.

Cette nouvelle version de l'outil de visualisation s'est enrichie de plus de 40 millions de données en 2016 et présente désormais des cartes animées pour 105 espèces migratrices et 7 années de suivi. Elle dispose de nombreuses nouvelles fonctionnalités (zoom, nouveaux modes de représentation...) et d'un nouveau design.

L'EuroBirdPortal démontre tout l'intérêt qu'il y a à transmettre et partager ses propres observations avec une communauté forte de plusieurs dizaines de milliers d'autres observateurs et à quel point la collaboration entre les portails nationaux, comme Faune-France, enrichit notre connaissance de la biodiversité.

Grace à vos contributions, nous disposons aujourd'hui des données nécessaires à la compréhension des changements de comportement migratoire des oiseaux, comme l'émergence d'une nouvelle voie migratoire empruntée par les Grues cendrées dans le sud de l'Europe (passage au sud des Alpes et le long de la côte méditerranéenne française). Il est par ailleurs possible aujourd'hui d'évaluer l'influence des épisodes météorologiques et des changements climatiques sur le déplacement des oiseaux. 

Les partenaires de Faune-France, portail national qui contribuent à l'EuroBirdPortal, sont heureux de vous inviter à découvrir ce nouvel outil de visualisation et à explorer toutes ses fonctionnalités. Grand merci à tous nos contributeurs qui participent activement à l'émergence de projets aussi remarquables que l'EuroBirdPortal.

posté par Laurent Couzi
 
jeudi 14 décembre 2017
avinews
Oiseaux
Projet Lindus-2 : Fin de saison pour le suivi de la migration

En 2016, le projet Lindus-2 prenait forme avec pour principaux acteurs la LPO Aquitaine, la Municipalité Auritz/Burguete, le Gouvernement de Navarre au travers de l'entreprise publique GAN-NIK et la Sociedad España de Ornitología (Société Espagnole d'Ornithologie). Nous nous lancions alors pour trois ans dans un programme intégral transfrontalier de valorisation territoriale en lien avec le suivi de la migration des oiseaux, l'éducation environnementale et l’écotourisme à la frontière pyrénéenne.

Sur le col d'Organbidexka, la saison s'est terminée mi-novembre pour les 2 observateurs salariés en charge du suivi de la migration et les écovolontaires présents sur le site.

Le comptage des oiseaux migrateurs s’est terminé précocement le 10 novembre, avec en cause, neige et brouillard. Depuis le 15 juillet, date marquant le démarrage de la saison,97 espèces ont été observées en migration active pour un total de 212 263 oiseaux recensés. Les espèces prédominantes chez les oiseaux planeurs sont le Milan noir (37 034 individus) puis la Bondrée apivore (15 531 individus). De nouveaux records de passages saisonniers ont été établis pour la Cigogne noire (1 027 individus) et la Cigogne blanche (1 404 individus), ainsi que pour le Milan royal pour qui le record de passage journalier a aussi été battu, avec un total de 1 940 individus le 7 octobre. On peut noter également l'observation de plusieurs espèces rares comme un Aigle criard, un Tichodrome échelette, une Outarde barbue, deux hiboux des marais, un Loriot d’Europe, trois busards pâles, et un Rollier d’Europe qui est resté 26 jours en halte sur le site d’observation.

Hormis la mission du suivi de la migration, la sensibilisation du public à la migration et à la biodiversité du site fait partie intégrante du programme. Pour cela, la LPO Aquitaine dispose du Chalet Ornitho, un lieu d'accueil à deux pas du col mis à disposition par la Commission Syndicale du Pays de Soule. La présence au chalet d'un animateur, ambassadeur de la biodiversité, permettait aux visiteurs de découvrir le phénomène migratoire - les cols basques représentant un passage majeur pour une multitude d'oiseaux migrateurs - mais aussi la riche biodiversité du site et ses enjeux de conservation. Au total, près de 2 000 personnes ont été accueillies et informées au Chalet. Pour les plus jeunes, 6 ateliers ont été organisés les mercredis matin. Le jeu de l'épervier adapté à la thématique et un autre portant sur la reconnaissance des espèces ont permis aux plus jeunes de découvrir le suivi de la migration tout en s’amusant. Avec une approche ludique et pédagogique, 87 enfants ont été ainsi sensibilisés. 

Cette année encore, ce sont 85 écovolontaires qui sont venus prêter main forte aux salariés sur ce site si symbolique. Une aide bienvenue pour repérer et identifier les oiseaux migrateurs, intégrer les résultats du suivi à la base de données et sensibiliser les visiteurs au phénomène migratoire. Un grand merci pour leur aide et leur soutien !

Nous vous retrouverons l’année prochaine pour une nouvelle saison de comptage, avec toujours plus d’observations et de moments inoubliables !

Pour patienter, nous vous proposons de consulter le LPO Info Spécial migration 2016.

Pour en savoir plus : 

Le site web du programme : www.poctefa.eu

Le portail web de l’opération : www.lindus2.eu/fr

Pour consuler le Guide de l'écovolontaire, c'est par ici.

Suivez l'actualité des observateurs sur les différents sites sur notre page en suivant ce lien !

Le projet a été cofinancé à hauteur de 65 % par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) dans le cadre du Programme Interreg V-A Espagne-France-Andorre (POCTEFA 2014-2020). L’objectif du POCTEFA est de renforcer l’intégration économique et sociale de l’espace frontalier Espagne-France-Andorre. Son aide se centre sur le développement d'activités économiques, sociales et environnementales transfrontalières par le biais de stratégies conjointes en faveur du développement territorial durable.

posté par Mathieu Sannier
 
mardi 5 décembre 2017
avinews
Oiseaux
Comptage Wetlands International 2018

Comme chaque hiver, à la mi-janvier, Wetlands International organise une nouvelle campagne de recensement des oiseaux d'eau. L’estimation de la taille des populations de chaque espèce constitue un des objectifs de ce comptage (tendances des effectifs, distribution des populations et évolutions), afin d’identifier les principaux sites d’hivernage, d’étape ainsi que les sites prioritaires pour la conservation de ces espèces. Lors de ce comptage, qui se déroulera cette année le week-end du 13 et 14 Janvier 2018, l’ensemble des zones humides d’Europe (baies, estuaires, zones humides littorales, plaines alluviales, fleuves, plans d’eau, marais, deltas et carrières en eau) seront arpentés par des ornithologues qui dénombreront comme chaque année l’ensemble des oiseaux d'eau.

Le Bassin d’Arcachon et l’estuaire de la Gironde sont des entités fonctionnelles étendues qui seront comptées chacune en simultanée grâce à plusieurs équipes réparties sur le terrain. Ces comptages sont donc organisés le lundi 15 janvier 2018 et l’inscription est obligatoire (merci de m’indiquer votre niveau en ornithologie et le secteur choisi (sud, est ou nord)).

Si vous souhaitez participer à ce comptage, il vous suffit d’envoyer un mail à l’adresse suivante : amandine.theillout@lpo.fr en notifiant le site qui vous intéresse (Voir liste ci-dessous).  Ainsi, vous serez mis en relation avec les responsables de site qui vous contacteront pour vous informer des lieux et heures de rendez-vous.

 

Liste des sites et code à mettre dans la rubrique observation de chaque donnée saisie dans le cadre du comptage WI 2018 :

WI20182400 - Autres sites Dordogne

WI20183300 - Autres sites Gironde

WI20183303 - Etangs de Lacanau   

WI20183304 - Bassin d'Arcachon

WI20183305 - Côte médocaine       

WI20183306 - Etangs d'Hostens     

WI20183313 - Lac de Bazas

WI20183314 - Marais du nord médoc         

WI20183319 - Marais du blayais     

WI20183320 - Marais de Bordeaux 

WI20183321 - Etang de Carcans-Hourtin   

WI20184000 - Autres sites Landes

WI20184001 - Lac de Cazaux Sanguinet

WI20184009 - Réserve Nationale de Chasse et de Faune Sauvage d'Arjuzanx

WI20184010 - Réserve Naturelle Nationale des Marais d'Orx

WI20184011 - Réserve de chasse St Martin de Seignanx

WI20184700 - Autres sites Lot-et-Garonne

WI20184701 - Lac de Clarens

WI20186400 - Autres sites Pyrénées-Atlantique

WI20186402 - Littoral Basque d’Hendaye à St Jean de Luz

WI20186404 - Lac d'Artix

posté par Theillout Amandine
 
lundi 4 décembre 2017
avinews
Oiseaux
Ouvrez l'oeil: voilà les sizerins!
La liste officielle des oiseaux de France avant la fin de l’année 2016 reconnaissait deux sous espèces du Sizerin flammé :  « flammea » (la sous espèce nominale) et « cabaret » (qui se reproduit en Grande-Bretagne et en France). Désormais, la liste officielle des oiseaux de France (Commission de l’Avifaune Française  2016, Ornithos 23-5) à l’instar des autres pays européens, considère le Sizerin cabaret comme une espèce à part entière. Ainsi, pour respecter les décisions de la CAF, le portail faune-aquitaine.org permet la saisie du sizerin flammé Acanthis flammea, du Sizerin cabaret Acanthis cabaret mais aussi du Sizerin non déterminé (Acanthis flammea / hornemanni / cabaret) qui correspond le plus souvent aux données d’individus contactés en vol et/ou à l’aide des cris. Même certaines photos ne permettent pas toujours de trancher et la possibilité de voir un Sizerin blanchâtre Acanthis hornemanni n’est pas exclue. Quoi qu’il en soit, les trois taxons mentionnées précédemment nécessitent la validation du Comité d’Homologation Aquitain (CHA).
 
Le CHA a d’ores et déjà commencé un travail de correction des données anciennes de Sizerin flammé pour modifier l’espèce quand c’est possible ou, le plus souvent, remplacer Sizerin flammé par Sizerin non déterminé en raison du manque d’éléments permettant de déterminer précisément. Les données vont être modifiées depuis l’administration du site sans nécessairement demander la modification du propriétaire de la donnée. Cela ne changera rien au statut de la donnée. Les données acceptées par le CHA seront automatiquement validées. Si cette procédure pose un souci à un observateur qui nous a communiqué des données, qu’il nous le fasse savoir dans la foulée. L’objectif est de mettre rapidement à jour le jeu de données avant la publication de l’atlas des oiseaux hivernants et migrateurs d’Aquitaine.
 
A ce jour, le Sizerin flammé (ancienne sous-espèce flammea) n’a encore jamais été noté en Aquitaine. En revanche, le Sizerin cabaret a été observé à plusieurs reprises. Malheureusement, de nombreuses données collectées en Aquitaine concernent des Sizerins non déterminés car ils sont le plus souvent repérés aux cris qu’ils émettent en vol et qui sont très similaires et pas facilement discernables entre les trois espèces présentes en Europe.
 
Un afflux de sizerins est noté depuis quelques jours en Europe et la France, et même la région, est concernée. 
 
Pour avoir une idée des critères de détermination entre le Sizerin flammé et le Sizerin cabaret, vous pouvez vous référer à cet article mis en ligne par les collègues de la LPO Côte d’Or
 
Les bouleaux et les aulnes sont très prisés par ces petits fringilles, si vous connaissez une zone bien pourvue en ces essences (bord de cours d'eau ou de lac, parc urbain, ou en pleine forêt), il n'y a plus qu'à !
 
Et si jamais vous entendez des Sizerins, en plus de faire des photos, n’hésitez pas à faire des enregistrements avec votre téléphone portable si vous disposez d’un appareil adapté (smartphone).
 
Belles observations à vous,
 
Philippe Legay pour le CHA
posté par Olivier Le Gall
 
dimanche 19 novembre 2017
technews
Oiseaux
Oiseaux: faites des listes!
Les scientifiques d'une trentaine de pays ont récemment planché sur la question de savoir quelle est la méthode de collecte de données la plus efficace pour promouvoir la connaissance et la protection des oiseaux et, plus largement, de la biodiversité.
 
La liste fait l’unanimité
 
Scientifiques, statisticiens, cartographes et naturalistes sont unanimes. Si toutes les données ont un intérêt, les plus intéressantes sont, de très loin, celles collectées sous forme de listes, et idéalement de listes complètes. On entend par là, un inventaire mené sur un site, durant un pas de temps connu, listant et quantifiant toutes les espèces détectées à vue ou à l’oreille.
 
Je ne reconnais pas toutes les espèces: est-ce un problème ?
 
Évidemment, les listes des ornithologues débutants ne seront probablement pas aussi complètes que celles des naturalistes les plus expérimentés. Ce n’est pas grave, il existe des modèles pour corriger ces biais. Au final, une liste de débutant est bien plus exploitable scientifiquement qu’une longue série de données saisies isolément par un spécialiste.
 
Quelle durée pour mes listes ?
 
Peu importe. Idéalement toutefois, les listes doivent au moins durer 5 minutes et ne pas excéder deux heures. Plus courtes, elles seront très incomplètes, plus longues, l’observateur perdra beaucoup d’attention et la pression d’observation se diluera. Si vous restez très longtemps sur un site d’observation, il peut être plus intéressant de faire plusieurs séries de liste de 10 minutes, plutôt qu’une longue liste s’étalant sur toute une journée par exemple.
 
Pourquoi les listes sont-elles si intéressantes ?
 
Les listes complètes sont extrêmement intéressantes car elles permettent d’évaluer la fréquence de détection des espèces selon la date et le lieu. Cela permet notamment de suivre l’évolution de la date d’arrivée et de départ des espèces migratrices, mais aussi d’évaluer les fluctuations de détectabilité de certaines espèces sédentaires au cours de l’année. Les listes complètes facilitent par ailleurs les calculs de pression d’observation, la modélisation de la répartition spatiale des espèces et l’évaluation de leurs populations.
 
Comment saisir mes données par liste ?
 
Sur l’application mobile NaturaList, il suffit de cliquer sur l’icone en haut à droite de l’écran. Idéalement, il convient alors de positionner et dénombrer chaque espèce autour de vous. Quand vous ne détectez plus rien, il suffit de stopper la saisie en cliquant sur le carré jaune en haut à droite. On vous demande alors de confirmer que vous avez noté toutes les espèces que vous êtes en capacité d’identifier.
 
Sur l’ordinateur, il faut pointer le curseur sur un lieu-dit et choisir « Remplir un formulaire journalier sur ce lieu-dit ».
 
La France, très en retard sur la saisie par liste !
 
La quasi-totalité des données ornithologiques sont saisie par liste en Amérique, le taux de couverture des listes est très impressionnant en Grande-Bretagne, en Suisse ou en Allemagne. La France est très en retrait sur ce sujet. Il convient donc que nous fassions collectivement un effort et changions de façon de collecter nos données pour qu’elles contribuent plus efficacement aux suivis et atlas locaux, nationaux et internationaux.
 
Alors, à vos listes !
 
L'équipe de Faune-France et l'équipe Faune-Aquitaine
posté par Olivier Le Gall
 
lundi 30 octobre 2017
avinews
Oiseaux
Projet Lindus-2 : revivez les moments forts de la saison !

Le comptage des oiseaux migrateurs sur le col d'Organbidexka prend des couleurs d'automne ! Alors qu'il n'y a désormais presque plus une feuille sur les hêtres qui longent le site d'observation, il est temps de faire un petit bilan des moments fort du mois qui s'est écoulé.

Comme attendu, le mois de septembre a vu de belles journées de passage pour bon nombre de rapaces. On citera notamment les 13 balbuzards pêcheurs observés le 13 septembre, les 30 circaètes Jean-le-Blanc recensés le 19, les 21 aigles bottés et 8 faucons hobereaux le 20, les 48 busards des roseaux et 69 éperviers d'Europe le 23. Pour la plupart de ces espèces, l'année 2017 figure parmi les meilleurs totaux saisonniers du site ; un constat d'autant plus encourageant qu'il s'inscrit généralement dans une tendance globale à l'augmentation.

Le 7 Octobre, soit deux mois jour pour jour après le passage record du Milan noir à Organbidexka, c'est le Milan royal qui nous a offert un spectacle encore jamais vu en France ! 1 940 de ces oiseaux ont traversé la frontière dans la journée pour aller passer l'hiver chez nos voisins espagnols. Au Pays basque, il faut remonter au 6 octobre 1994 et au passage de 1 502 milans pour trouver quelque chose d’équivalent. Mais comment expliquer les 23 années qui séparent ces deux dates ? La réponse est probablement à chercher du côté de la chute sévère des effectifs de cette espèce à partir du début des années 1990 et du temps qu'il aura fallu attendre pour que les efforts de conservation en Europe portent leurs fruits. On peut illustrer cette réussite par un simple chiffre : ce 7 octobre 2017, nous avons vu plus de milans royaux que dans l'ensemble de chacune des saisons... Pour couronner le tout, le record saisonnier du passage de l'espèce est également battu.

Une autre bonne nouvelle : le mois dernier, nous vous faisions part du passage record de la Cigogne blanche. Nous pouvons désormais y ajouter une toute aussi grande satisfaction concernant celui de la Cigogne noire ! Il y a bientôt 40 ans, lorsque l’étude de la migration débutait sur le col d'Organbidexka, la vue d'une Cigogne noire était une chose rare. À peine quelques dizaines d'individus étaient dénombrés chaque année. Depuis le courant des années 1990, sa tendance est à une augmentation modérée et le record battu cette saison ne vient que confirmer cette tendance : le 4 octobre dernier, a été constaté le franchissement du cap des 1000 individus recensés sur le col ! Espérons que ce record soit vite battu ! Le dernier datait de 2012 où 983 cigognes noires avaient été contactées.

Ce mois-ci fut également riche en observations inhabituelles. Nous avons d'abord été servi, le 15 septembre, par l'observation prolongée d'une Outarde barbue traversant la sphère d'observation dans un axe nord-sud ! Il s'agit là d'une espèce théoriquement absente de notre pays et dont les populations espagnoles les plus proches ne sont pas connues pour leur vagabondage intempestif... Le mystère reste donc entier quant à la provenance de cet oiseau, sachant qu'une petite population se reproduit en Allemagne et en Autriche.

Par la suite, nous aurons eu droit aux " traditionnels " busards pâles, dont une observation particulièrement belle d'un mâle adulte passant tranquillement à faible distance début octobre. On citera également le passage d'un Faucon pèlerinprésentant les caractéristiques de la sous-espèce nordique calidus, ainsi que deux observations de Hibou des marais en migration.

Désormais les rapaces se font plus rares. Les matinées sont animées par de beaux passages de passereaux et notamment de grosbecs casse-noyaux particulièrement abondants cette année, ainsi que par quelques vols de pigeons ramiers et colombins.

Les premières grues ont été observées le 13 octobre et, le 16, près de 200 d'entre-elles nous ont annoncé la dernière ligne droite de la saison.

Pour en savoir plus:

Le site web du programme : www.poctefa.eu

Le portail web de l’opération : www.lindus2.eu/fr

Pour consuler le Guide de l'écovolontaire, c'est par ici.

Suivez l'actualité des observateurs sur les différents sites sur notre page en suivant ce lien !

 

Le projet a été cofinancé à hauteur de 65 % par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) dans le cadre du Programme Interreg V-A Espagne-France-Andorre (POCTEFA 2014-2020). L’objectif du POCTEFA est de renforcer l’intégration économique et sociale de l’espace frontalier Espagne-France-Andorre. Son aide se centre sur le développement d'activités économiques, sociales et environnementales transfrontalières par le biais de stratégies conjointes en faveur du développement territorial durable.

posté par Mathieu Sannier
 
vendredi 20 octobre 2017
technews
Bivalves
Wanted: la Mulette landaise

La Mulette landaise, décrite par l’Abbé Dupuy en 1849 n’a jamais été récoltée vivante jusqu’à aujourd’hui. Supposée endémique des lacs landais, sa répartition comme son statut biologique sont actuellement inconnus. La période de sécheresse que nous connaissons actuellement rende sa recherche plus facile.

Si vous prospectez à proximité d’un des plans d’eau littoraux entre la pointe de Grave et l’estuaire de l’Adour, nous vous invitons à rechercher des coquilles voir des individus vivants et à nous les transmettre. Pour plus de détails, lisez la fiche de présentation.

 

yannig.bernard@orange.fr

posté par Laurent Couzi
 
lundi 25 septembre 2017
technews
CiTIQUE, un projet de sciences participatives pour mieux comprendre et prévenir les maladies transmises par les tiques
Les maladies transmises par les tiques sont devenues au fil des ans un problème important de santé publique et animale. Or on en sait encore trop peu sur ces parasites et les agents infectieux qu'ils transportent. C'est pourquoi plusieurs équipes de scientifiques se sont associées pour demander à tous les Français volontaires de s'impliquer dans l'effort de recherche en cours.
 
C'est très simple :​
  • Déclarer vos piqures de tiques (ou celle de vos animaux de compagnie ou d'animaux sauvages)
  • Prenez des photos 
  • Envoyez vos tiques au laboratoire de recherche

Tout est expliqué sur l'application gratuite disponible pour iPhone et Android, le site web du projet et le compte twitter:

  • Pour Android: https://play.google.com/store/apps/details?id=com.inra.VigiTic
  • Pour iPhone: https://itunes.apple.com/fr/app/signalement-tique/id1257654095?mt=8
  • Le site web du projet: http://ephytia.inra.fr/fr/P/159/Signalement_TIQUE
  • Son compte Twitter: https://twitter.com/ci_ticks/media
Pour en savoir encore plus sur le projet:
  • https://theconversation.com/lyme-collectionnons-les-tiques-pour-aider-les-chercheurs-70607
  • https://theconversation.com/lyme-amenager-son-jardin-pour-se-proteger-des-piqures-de-tiques-80931
  • https://www.tf1.fr/tf1/jt-20h/videos/sante-une-application-lutter-contre-maladie-de-lyme.html?xtor=AD-32
De mi-Juillet à mi-août, nous avons reçu 2700 signalements de piqures de toute la métropole et une centaine de tiques sont déjà arrivées au laboratoire.
 
Merci à tous !
 
Jean-François Cosson
 
Senior Scientist at INRA (National Institute for Agricultural Research)
Biologie moléculaire et immunologie parasitaires et fongiques
BIPAR, Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort 
94704 Maisons-Alfort cedex
 

posté par Olivier Le Gall
 
mardi 19 septembre 2017
technews
Papillons de jour
Wanted: L'hespérie de l'alcée

Dans le cadre de l'atlas des Rhopalocères d'Aquitaine porté par le CEN et la LPO, voici une fiche de recherche pour l'hespérie de l'alcée. L'automne et l'hiver sont les meilleurs moments pour trouver cette espèce... à l'état d'oeuf ou de chenille!

Bonnes prospections,

posté par Mathieu Sannier
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 694

www.faune-aquitaine.org est un site participatif proposé par la LPO-Aquitaine (433 chemin de Leysotte, F-33140 Villenave d'Ornon, 44°47'11"N 0°34'46"W) Plan d’accès
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune

Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2018